Les tiques

adorable-animal-blur-533118

Cet article est écrit dans le cadre d’une campagne de sensibilisation aux tiques lancée par O’TOM

Je crois qu’il n’y a pas de bestioles plus détestées dans le monde que les moustiques et les tiques ! Eh bien c’est de ces dernières dont on va parler aujourd’hui, et à l’approche de l’été – saison préférée de ces nuisibles – il est bon de s’en informer afin de protéger efficacement son chien, ou soi-même.

Qu’est-ce qu’une tique ?

Une tique est un acarien arachnide appelée autrefois ricinus, et je ne pense pas vous apprendre grand chose en vous disant que sa faculté première est de s’accrocher à l’épiderme d’un autre être vivant pour lui sucer le sang grâce à son rostre.

Une grande buveuse, pas moins pondeuse…

C’est pas peu dire, puisque la différence entre une tique avant/après repas est comparable à un homme pesant 60kg avant manger qui pèserait ensuite 37 tonnes… Impressionnant, n’est-ce pas ? Cette fringale n’a pas pour but d’étancher seulement une soif gargantuesque, mais également de permettre à l’acarien de pondre : jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’œufs, rien que ça.

… et pas exclusive

Eh oui, la tique ne s’occupe pas seulement des animaux à sang chaud (comme nos chiens, chats ou nous-même) mais également des sang froid, tels les lézards. La seule différence est qu’eux ne contracteront pas les maladies véhiculées par les tiques.

Les différentes phases de la tique

On nomme son développement « triphasique » c’est à dire en trois parties : une fois sortie de son œuf, la tique à l’état de larve va trouver un hôte en se logeant au sommet d’une herbe haute pour déguster son premier repas. Une fois repue, elle se laisse tomber, se transforme en nymphe et réitère le processus ; nouvel hôte, nouveau repas, on se laisse tomber et on devient adulte. Cette dernière étape est celle comportant le plus de risques de germes, mais ceux-ci sont bel et bien présents depuis le sortir de l’œuf.

Son attaque et sa stratégie

Comme vous l’avez compris, une tique c’est vorace et très ingénieux. Ne vous y méprenez pas, elle est tout à fait capable de percer la peau d’un rhinocéros ! Sa manière de procéder est un peu toujours la même en fait : se percher sur une herbe haute ou bien en bout de branche basse pour s’accrocher à tout hôte qui la frôlera ; comme votre toutou qui se frotte énergiquement au fourré du fond du jardin, ou celui qui passera sa sieste étendu dans l’herbe, rien de plus tentant pour l’acarien parasite.

Une fois posée sur l’animal, elle le pique avec ses griffes pour se stabiliser, sectionne la peau grâce à ses chélicères, puis dépose grâce à son rostre de la salive anesthésiante afin que l’hôte ne sente rien. Il ne lui reste plus qu’à aspirer le sang. C’est à ce moment précis qu’elle peut injecter des germes et des maladies, comme la Maladie de Lyme ou la piroplasmose par exemple.

Comment s’en protéger ?

Il existe différents produits chimiques sur le marché pour se prémunir des attaques des tiques : les colliers, les comprimés, les pipettes… Mais tous ne sont pas 100% efficaces, et leurs effets secondaires peuvent même être très toxiques.

De plus en plus, les gens se tournent vers les alternatives naturelles (huiles essentielles, spray bio, etc.) je suis actuellement en train de tester la poudre de Diatomée pour ma part, dont je ferai un article plus tard.

Dans tous les cas, les risques varient selon l’environnement dans lequel on se trouve (les tiques raffolent des terrains forestiers) ainsi que quelques facteurs externes : si le chien traîne souvent dans les hautes herbes, si on s’approche des marais, etc.

Je conseille très fortement une chose plutôt simple : faire un épouillage complet de votre animal après une balade, et tous les soirs avant de dormir. En plus de vérifier qu’il n’y a pas de tique, ça permet une belle séance de papouilles ! 😉

Comment la retirer ?

Si malgré tout, vous trouvez une tique sur votre loulou (ou même sur vous) il existe un moyen très simple de la retirer : le crochet !

On entend souvent parler de différentes méthodes comme shampouiner la tique pour l’asphyxier, utiliser une pince à épiler, la retirer avec les doigts… Le souci c’est que c’est le meilleur moyen pour affoler la tique et qu’elle libère tous ses germes dans le sang de votre chien, ou même n’arracher qu’une seule partie de l’acarien et laisser la tête encore logée dans la peau (ce qui peut entraîner une infection)

Le crochet reste la meilleure solution : il suffit de placer la croche de part et d’autre de la tique, tourner doucement et tirer. La tique se retire sans peine, elle n’a pas été pressée ni tiraillée. N’oubliez pas de plonger la tique dans un peu d’alcool par la suite pour éviter qu’elle ne s’enfuit et aille trouver un nouvel hôte.

A cette occasion, O’TOM propose son crochet le Tick Twister également disponible dans sa clipbox afin de l’emmener en randonnées ou en balades !

Vous trouverez ci-dessous des infographies ainsi qu’une vidéo tuto créées par O’TOM pour retenir un maximum d’informations et être bien préparé à cet été !

info_tiques_1info_tiques_2info_tiques_3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s