Notre année 2018

Comme chaque année maintenant, voici le compte rendu de ce qu’il s’est passé pour nous en 2018. Vous êtes prêts? Let’s go pour un racontage de vie très pertinent :

L’adoption de Tanooki, mon furet (Dakota étant la furette de mon copain) a marqué ce début d’année. Voilà plusieurs mois que je cherchais à offrir une seconde vie à une petite fouine via une association mais pas sans quelques critères : il fallait à tout prix que ce soit un mâle et le moins jeune possible par souci de cohabitation avec Dakota, sauf que le hic c’est que ce sont surtout les femelles qui sont abandonnées. Finalement, après près de trois mois d’attente et une adhésion à l’association Les Fufus de l’Ouest plus tard, je suis tombée sur l’annonce de Tanooki ; il avait donc déjà 8 mois quand il a débarqué à la maison, ce jeune kéké des plages semi-angora tout de chocolat zibeline vêtu. L’entente avec Dakota fut limite parfaite et depuis c’est un fufu en plus qui bouge notre quotidien et embaume de son parfum si subtil une pièce toute entière de la maison 😀 

L’arrivée de Mjöllnir à la maison, puisque visiblement on avait encore trop de place chez nous, est le deuxième événement que l’on retiendra : toujours via l’association Remember Me France, cette petite loute est originaire du refuge de Carmina, à Bucarest. Elle avait 4 mois lorsqu’elle est arrivée en France. Le souvenir est d’autant plus puissant qu’il s’agit de la toute première chienne de mon copain, et ça faisait TRÈS longtemps qu’il l’attendait. Elle n’aura pas mis beaucoup de temps à s’enticher de Loki et d’Ashélia et se faire accepter par tous les autres. Depuis, ce petit pot de glue ambulant a bien grandi et malgré son manque évident de neurones, elle mène une belle vie chez nous. 

La toute première balade d’Ashélia est de loin the milestone 2018 (qui m’a arraché plus de larmes que tout le reste de l’année réuni). Pour bien réaliser la chose, il faut comprendre qu’Ashélia est une chienne semi-sauvage : elle a vécu la majeure partie de sa vie dans les rues de Roumanie à fuir au possible les hommes qui ne lui ont témoigné que de l’agressivité et de la violence. Au refuge, elle était si craintive que personne n’arrivait à l’approcher. L’association m’avait d’emblée averti qu’il s’agissait d’un cas très difficile et que je ne devais m’attendre à rien du tout. Peut-être n’accepterait-elle jamais ma présence, peut-être ne serait-elle jamais un chien de famille. A ses débuts en mai 2017 chez nous, j’ai bien vu que le problème était surtout les entraves : collier, laisse, longe, harnais… Ça, elle ne voulait pas en entendre parler et partait en pure panique sitôt qu’on les approchait d’elle. Après quelques échecs, j’ai passé des mois à travailler essentiellement sur notre relation avant de retenter une initiation au harnachement en novembre 2017. Petit pas par petit pas, tous les jours je l’habituais à accepter le harnais près d’elle, puis sur elle, puis dans le jardin, puis avec une laisse accrochée pour qu’enfin le 10 avril 2018 Ashélia accepte pour la première fois de sortir dans la rue harnachée. Dès lors, elle a pu progressivement apprendre à apprécier autant que faire se peut l’extérieur avec moi jusqu’à aujourd’hui, 30 décembre 2018 où l’on peut promener, longe totalement lâchée au sol, côte à côte dans les champs, en forêt ou même à la plage.

L’évolution d’Ashélia

Le reste de l’année s’est harmonisé autour de l’éducation de Tanooki, de Mjöllnir et des progrès d’Ashélia. Loki, quant à lui, a fêté ses 3 ans en octobre et est devenu le parfait grand frère, il s’est affirmé en tant que pilier de la famille : c’est lui qui dit qui rentre et qui rentre pas, ses sœurs ne mangent un nouvel aliment qu’une fois que lui-même l’a goûté, il ouvre la marche lors des randonnées et s’assure que chaque membre de la famille est en bonne santé (ou veille si ce n’est pas le cas). Il est plus humain que la plupart des gens que je connais et rien n’aurait été pareil sans lui. Rien que pour ce soutien infaillible que tu m’apportes au quotidien, un énorme merci à toi mon gros ! T’es le Pikachu que tous les Ash Ketchum auraient aimé avoir, le Krokmou d’Harold, l’Epona de Link, le Bucky du Captain, Freki et Geri réunis, bref t’es mon meilleur pote ❤

J’aimerais tout de même finir sur un point crucial de mon année 2018, une chose qui me tient à cœur tant j’ai frôlé l’échec par manque de motivation. Ce fut dur, ce fut long, ce fut périlleux et des fois même décourageant, mais je l’ai fait :

J’AI ATTEINT LE 100% DE THE LEGEND OF ZELDA: BREATH OF THE WILD! BORDEL! 

(ainsi que le 100% Super Smash Bros Ultimate – Lueur du Monde 😎) Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter à tous une merveilleuse année 2019, en espérant qu’elle vous soit favorable. Et moi, je m’en vais à présent sur le 100% Pokémon Let’s Go toujours accompagnée de ma meute de poilus et de mes 900 noix korogus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s