Les Arbres Gardiens

Vous l’aurez compris à force de me lire, notre élément c’est la forêt. Aussi bien pour les chiens que pour moi, il ne se passe pas une semaine sans que je ressente le besoin de me perdre dans les bois et d’admirer les arbres qui m’entourent. Témoins du temps qui passe, ils peuvent s’avérer être de véritables remparts face aux obstacles de la vie comme le chêne millénaire d’Allouville-Bellefosse par exemple, mais sont également au cœur de légendes, acteurs de notre folklore. Du simple spectacle de leur stature jusqu’au mythe qu’ils génèrent, je vous présente quelques unes des célébrités aux trois coins de la forêt de Brotonne.

Les Ifs Millénaires

Situés en bordure sud de la forêt dans le département de l’Eure, ces deux frères anciens (environ 1500 ans) trônent majestueusement dans le cimetière de La Haye-de-Routot – ce qui pour le coup n’en fait pas un lieu très dogfriendly – mais ils sont si particuliers que je me suis permise d’en parler ici étant donné qu’ils ne sont qu’une étape dans notre vadrouille sylvestre.

Lieu de culte religieux pour l’un abritant une chapelle et site de fête culturelle pour l’autre protégeant un oratoire, ils ont tout deux un tronc creux (fait naturellement avec le temps et non de la main de l’homme) d’une circonférence de 16m et 14m, s’imposant naturellement comme gardiens funéraires pour leur symbole d’immortalité.


Les Arbres à Nœuds

A l’ouest, non loin de Vatteville-la-Rue ainsi que de la maison forestière des Landes, se manifestent de curieux rites dont les arbres sont porteurs : leurs branches sont nouées ou bien ornées de multiples rubans – donnant alors le nom d’ « arbres à loques » – d’après les croyances, cela aurait pour but de soigner les enfants malades.


Le Chêne Cuve

A l’est, à la Mailleraye-sur-Seine sur le GR23, on trouve un arbre très étrange qui est en réalité le fruit d’une soudure de cinq chênes bien distincts liés par le tronc qui se sont défaits ensuite, le Chêne Cuve est le roi de la forêt de Brotonne. Âgé de 400 ans, haut de 39m et d’une circonférence de 7,30m, il couve une cuve remplie d’eau de pluie réputée pour ses propriétés magiques qui guérirait les maladies de peau.

Croyez-y ou non, mais cette outre naturelle ne tarit jamais, pas même en temps de canicule. Comme vous pouvez le constater sur les photos, il est aujourd’hui formé de quatre troncs : l’un d’eux a mystérieusement disparu en 1830. La légende raconte qu’un braconnier l’aurait coupé pour se venger du garde forestier… ou alors serait-ce un officier prussien qui souhaitait détruire le patrimoine français ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s